Un Art Journal ? Pourquoi ? Comment ?

 

Comme vous avez été plusieurs lors des derniers stages à Lyon (et ailleurs !) à sembler très intéressés par la démarche de l’Art Journal, et que ce genre d’aventure est bien plus amusant lorsqu’on la partage, voici comment est née la rubrique « Comme un lundi », inaugurée avec vous aujourd’hui, et que vous retrouverez ici chaque semaine !

Un Art Journal ?

Je n’aurai pas la prétention de donner une définition exhaustive de l’Art Journal, je vais juste vous parler ici de ce que représente, pour moi, un Art Journal.

Carnet de couleurs, d’essais et d’humeurs, toile toujours en cours, voici comment je vis mon Art Journal. C’est là que je prends le temps de mettre un peu de peinture, quelques tampons ou trois traits de crayon les jours où les heures ont manqué pour me lancer dans un projet créatif. C’est aussi là que je teste une technique aperçue sur le net ou sur un magazine, là que je m’empresse de tamponner le tout nouveau tampon acheté, là que je m’essaye à des petits tableaux « à la façon de ».

Vous voyez, finalement, ça en fait des choses à mettre, dans cet Art Journal 🙂

 

Pourquoi le lundi ?

Parce que le lundi, c’est le jour où la semaine reprend, et certainement le jour où l’on a le moins la tête à être créatifs ! Alors un petit challenge du lundi, ça permet de reprendre le chemin du travail en pensant à des choses agréables, et aussi d’avoir tout le temps devant nous pour mûrir notre projet, le préciser, avant de finalement se placer devant nos peintures, nos encres et nos tampons pour le mettre en forme !

Par où commencer ?

Peut-être par le choix de votre support ? Cahier, carnet, vieux livre, feuilles volantes à relier ensuite : à vous de définir ce qui vous correspond le mieux.

pazapa #1 - 1

A vous aussi de choisir le format qui sera à la fois assez grand pour vous ménager un bel espace créatif, mais pas trop quand même, afin de ne pas devenir intimidant !

L’essentiel, finalement, c’est que ce support vous plaise, et que vous preniez plaisir à y revenir, jour après jour.

 Pour ma part, j’ai opté pour un bel agenda d’il y a quelques années, aux pages vierges.

pazapa #1 - 2

 Il prend de l’épaisseur jour après jour, et il faudra sans doute que j’envisage de lui trouver un autre système de reliure d’ici peu !

Le choix d’un thème… ou non

Là encore, ce sera à vous de définir ce qui vous correspond le mieux :

choisir un thème vous permettra de donner une unité à votre Art Journal, et aussi d’avoir un fil conducteur, qui facilitera la mise en route de chaque nouvelle page. Mais pour cela, attention à choisir un thème suffisament large, qui ne vous enferme pas, et ne devienne pas trop contraignant après un certain temps.

Si vous ne choisissez pas de thème précis, vous pourrez vous laisser porter par vos humeurs, vos envies du moment, et serez entièrement libres à chaque nouvelle page blanche !

L’Art Journal que j’ai commencé a pour thème les maisons : j’aime ce que cela représente, et toute la symbolique qu’il y a autour de cette image.

J’y ai ajouté deux petites consignes : à chaque page, la date apparaît (juste tamponnée, en tout petit, mais elle est là), et également le numéro qui correspond à la création.

Pour la date, pas de souci, c’est facile à ajouter. Pour le numéro, j’avoue que parfois ça tourne un peu au casse-tête LOL – A éviter peut-être la prochaine fois !

Quelques pinceaux, du Gesso…. et allons-y !

 Vous n’aurez pas besoin d’être super-équipés pour vous lancer dans un Art Journal ! Il y a tellement de façons de s’exprimer dans le domaine du Mixed Media : peinture, aquarelle, collage, couture, tissus, images, matières,… L’idéal est même de vous lancer avec ce que vous avez directement à portée de main ! Vos outils préférés, les couleurs et les encres qui vous parlent : rien de tel pour prendre du plaisir à créer !

 Si le support que vous avez choisi a des pages un peu fines, vous pourrez ruser : coller plusieurs pages entre elles (on le fait souvent lorsque l’on travaille sur un livre), et/ou les consolider avec du gel medium ou du Gesso.

Le Gesso offre aussi l’avantage de blanchir le support, sans effacer complètement les éventuelles textures qui y étaient imprimées.

 pazapa #1 - 3 pazapa #1 - 4

C’est ainsi le point de départ de presque toutes les pages de mon Art Journal : une base de Gesso, appliquée au pinceau ou au Cut’n Dry, parfois avec un couteau à peindre ou une vieille carte en plastique si je cherche des effets de matière.

 Il ne reste plus ensuite qu’à ajouter de la couleur… et à se laisser porter par l’envie du moment !

pazapa #2 - 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s