Archives pour la catégorie Pour vous lancer

La Pause Copic – Quelques combos pour les couleurs « Peau »

Copic 5

La peau peut prendre une infinité de teintes et de nuances, et vous pourrez les retrouver en variant la façon dont vous associerez vos feutres Copic.

Voici le résultat de quelques uns de mes essais :

Copic - nuancier couleurs peau

et ce n’est qu’un tout petit exemple des variations que l’on peut obtenir !

 

La Pause Copic – Une palette pour débuter

La gamme Copic disposant d’un éventail de couleurs particulièrement large, il n’est pas toujours aisé de choisir ses premières couleurs.

Voici le nuancier avec lequel je travaille en atelier : 24 couleurs au total, mais qui vous permettront d’obtenir déjà un maximum d’effets, avec une palette bien complète.

 Pensez à y ajouter le Blender (00), et éventuellement le noir (100)

Copic 2013-02 Nuancier ateliers

La Pause Copic – Quelques infos pour choisir vos feutres à alcool

Vous avez été nombreuses à me poser des questions sur les différences que l’on peut observer d’une marque à l’autre, et sur les effets que l’on peut obtenir avec l’un ou l’autre des marqueurs.

 Miss Copica

tampon digital Saturated Canary – colorisation Graph’it

Je vais essayer de vous donner quelques pistes pour vous aider à vous repérer lorsque vous choisirez vos marqueurs à alcool. Je n’ai pas la prétention d’avoir une connaissance exhaustive du sujet, alors si des erreurs se sont glissées dans les lignes qui suivent, dites-le moi 😉

Voici les points qui feront la différence, d’une marque à l’autre :

– la forme du marqueur, et son ergonomie – facilité à le prendre en main, fait qu’il roule ou non sur la table lorsqu’on le pose, facilité d’ouverture des bouchons – tout en faisant attention à ce qu’ils ne s’ouvrent pas tout seuls dans la trousse, quand même ! Certains ont un corps rond, d’autres triangulaires, d’autres de forme ovale ou légèrement rectangle… à vous de voir ce qui vous convient le mieux à l’usage 🙂

Je fais aussi attention à la façon dont les couleurs sont notées : j’aime bien – pour ma part – que les numéros soient visibles sur les capuchons, pas seulement sur le corps du crayon.

– la quantité de couleurs disponibles, et les nuances des couleurs choisies : 158 chez Graph’it, 147 chez Promarker, 358 couleurs chez Copic…

– la répartition des couleurs, et la cohérence de leur gamme – les outils pour trouver facilement les couleurs qui s’associeront entre elles.

– la quantité d’encre contenue dans le crayon, et la possibilité ou non de les recharger ensuite. A ma connaissance, Graph’it et Promarker ne sont pas rechargeables, tandis que les Copic le sont.

– les pointes proposées sur le marqueur : pointe fine, pointe biseautée, pointe pinceau… Pour ma part, je suis fan des pointes pinceau, que je trouve beaucoup plus faciles à travailler. On les trouvait sur les feutres Tria, et aussi sur les Copic Sketch et Ciao.

– et enfin, dernier argument, mais pas le moins important : le prix que vous êtes prêt à mettre dans vos marqueurs. Copic représente sans aucun doute la solution haut de gamme, mais ça se ressent dans les prix pratiqués. Même si, en considérant le fait qu’ils sont rechargeables, on n’est pas forcément perdant à long terme… tout dépend de l’usage que vous en ferez 🙂

Il faut savoir qu’il existe chez Copic deux gammes très proches l’une de l’autre : les feutres Copic Sketch, et les Copic Ciao. Les différences entre les deux marqueurs se situent au niveau de leur forme, de la quantité d’encre qu’ils contiennent (1/3 de moins sur les Copic Ciao), et de l’étendue de leur gamme de couleurs. Mais ils sont sinon exactement de même qualité : mêmes pointes (biseau et pinceau), même qualité d’encre.Les Ciao sont bien sûr sensiblement moins chers que les Sketch.

Voici pour le petit tour du marché 😉

Pour composer votre gamme de couleurs :

Là encore, il me sera difficile de vous donner une solution simple et unique ! Tout dépend de la façon dont vous travaillez les feutres à alcool, et des couleurs que vous aimez. Mais voici quelques pistes :

– Dans l’idéal, pour obtenir de jolies nuances, il faut travailler avec 2 – ou mieux 3 – couleurs coordonnées, qui peuvent facilement se fondre entre elles

– Le Blender, non-coloré, sert à fondre les couleurs, à les éclaircir, voir même à effacer nos petits dépassements. Il peut aussi servir pour ajouter de la texture dans un applat de couleur.

– Ne négligez pas les gris : ils vous seront bien utiles pour travailler les ombres, et vous offrent des couleurs neutres qui sont reposantes, placées à côté de couleurs plus vives. Les gammes de gris sont toujours très riches : il y a des gris « chauds », des gris « froids » (plutôt bleutés), des gris neutres… et tous ont leur utilité et leurs charmes LOL

– des assortiments de couleurs existent dans quasiment toutes les marques. Il est souvent nécessaire de les compléter car ils comprennent rarement des jeux complets de 3 teintes coordonnées pour chaque couleur, mais ça peut être un bon point de départ.

Et puis, je vous l’ai promis : bientôt j’accompagnerai mes essais des nuanciers des couleurs utilisées – ça pourra vous donner des pistes pour vos propres choix !

Mais là, maintenant dans l’instant, il va être grand temps que je charge les valises dans le coffre, et que je file à l’aéroport !

A tout bientôt, et bon week-end !