Archives du mot-clé croquis

Balades bretonnes carnet à la main…

Pas de Comme Un Lundi cette semaine, mais des couleurs quand même !

Même si les nuages sont parfois au rendez-vous, l’avantage d’habiter la Bretagne, c’est qu’à chaque rayon de soleil on se sent en vacances 😉 L’atelier se fait alors nomade, les couleurs sortent prendre l’air, et quand en plus on peut retrouver Gwen et sa petite famille pour croquer tous ensemble, ce n’est que du bonheur !!!

Voici quelques escapades aquarellées de ces derniers jours 😉

USK 015-16 Daoulas

L’abbaye de Daoulas, tout près de Brest, une découverte ! Dans le calme d’un superbe cloître…  une vraie pause hors du temps !!!

Crayon plume, aquarelles, crayons de couleurs, Posca blanc

*****

Le village de Pont-Croix, en sud Finistère, sur un format plus grand (25×40 cm) : c’était à l’occasion d’une rencontre « Couleurs de Bretagne », et on avait quelques heures devant nous pour bien finaliser nos « oeuvres » 😉

Couleurs de Bretagne - PontCroix

Crayon plume, aquarelles, crayons de couleurs, Posca blanc

*****

Et à nouveau un grand format (30×40 cm), à la Roche Derrien dans les côtes d’Armor cette fois, toujours à l’occasion d’une journée « Couleurs de Bretagne ».

Couleurs de Bretagne - La Roche Derrien

Toujours les mêmes fournitures, mais avec en plus un peu de collage, du Gesso, un pochoir et de l’encre Distress.

Et le meilleur dans ces journées (en plus du fait de passer de bons moments en famille et entre amis), c’est lorsque le soir on découvre tout ce qui a été fait dans la journée par les autres participants ! Autant de regard sur des villages vraiment charmants que l’on n’aurait pas forcément pensé à visiter… pour (re)découvrir son chez-soi différemment !!!!

Si jamais vous voyez près de chez vous des rencontres de peintures, franchement, n’hésitez pas : prenez vos crayons, vos aquarelles, et laissez vous porter par le mouvement… ou au moins allez faire un tour à l’exposition qui a lieu en général de 17h à 18h30  à la fin de la journée !!!

 

Gwen, Willy, vivement le prochain rendez-vous croquis !!!

Comme Un Lundi #183

Comme un Lundi - bannière 2016

Et cette semaine, je triche sans aucune honte !

Il faisait bien trop beau pour rester à l’atelier… C’était plutôt un temps à flâner et croquer ! Alors je prolonge juste le Comme Un Lundi de la semaine passée en vous invitant à vous rendre sur le blog de Gwen, qui a elle aussi mis ses petits croquis en ligne.

Et bien sûr, comme tout ce que fait Gwen, c’est juste très beau ❤

Alors filez faire un tour sur son blog :

Comme Un Lundi #183Je suis certaine que vous en ressortirez inspirés !!!

Comme Un Lundi #182

Comme un Lundi - bannière 2016

Et si je vous parlais aujourd’hui de « sortir de votre zone de confort »  ? Je sais que c’est un terme souvent utilisé, et on pourrait parfois se demander à quoi ça sert, de sortir de sa zone de confort, puisque justement cette zone est si confortable, et qu’on s’y sent plutôt bien ! Et pourtant…

Abandonner (temporairement) ce qui nous est connu et aisé nous offre la possibilité de faire, parfois, d’agréables découvertes : de nouvelles techniques, de nouveaux assortiments de couleurs… mais parfois aussi des capacités que l’on ne s’imaginait pas posséder !

Donc, sortir de sa zone de confort… et je pense que pour la plupart d’entre vous, comme pour moi, prendre un crayon et commencer à dessiner illustre bien ce que cette expression peut vouloir dire. Pour les autres, ceux qui dessinent naturellement bien (à croire qu’ils sont nés avec un crayon dans la main – oui, oui, ceux qui nous énervent quand on les regarde esquisser en deux temps trois mouvements une scène pleine de réalisme, de vie et de mouvement… et qui nous font baver d’envie – ceux-là, oui)… et bien on va équilibrer les chances en vous demandant de dessiner avec l’autre main… Naaaan, je plaisante, vous avez le droit de jouer aussi !!!

Mais pour nous, pauvres laissés-pour-compte du crayon, ce Comme Un Lundi va être l’occasion de repousser nos limites – et pourquoi pas, de réaliser que finalement, quand on dépasse nos appréhensions et qu’on s’y colle… eh bien : ce n’est « pas si pire » !!!

L’idéal, c’est de se motiver avec quelques autres personnes (bon, même si c’est une copine qui dessine super bien et qui énerve, ça fera quand même l’affaire). Pour nous, l’occasion rêvée, ça a été le « Croq’ and Mob » organisé aux portes de Brocéliande la semaine dernière : un temps superbe, des villages comme figés dans le temps, bucoliques à souhait entre vieilles pierres et arbres en fleurs, et l’occasion de passer une journée en famille et en très bonne compagnie avec Gwen et sa tribu (oui, quand je parle de la copine qui énerve un peu, c’est d’elle que je parle LOL).

Et comme une fois sur place avec crayons et aquarelles, après deux bonnes heures de route, et toute la famille levée aux aurores pour l’occasion, c’est difficile de faire machine arrière : eh bien, on s’y colle ! J’ose vous montrer ?

Croquis pêle mêle 1

Les premiers traits sont loin d’être faciles, on évite de regarder de trop près ce que font les autres pour ne pas abandonner en cours de route, et on fait abstraction des erreurs de perspective. Sur place, ça a un peu l’air catastrophique, mais finalement, en rentrant à la maison, ça finit par prendre forme…

Croquis pêle mêle 2

Et puis, surtout, on y prend goût, et on prolonge l’exercice en s’appuyant sur les photos prises sur place (euh, il paraît qu’on n’a pas le droit quand on fait du croquis « in situ », mais bon… je suis suffisamment sortie de ma zone de confort comme ça pour l’instant LOL)

carnet de croquis 006

Et vous savez quoi ? Même si c’est toujours loin d’être parfait, on finit par être plutôt fier d’y être arrivé ! Et puis surtout, on se rend compte que l’on progresse, quand même, et ça c’est plutôt encourageant.

Alors, et vous, est-ce que vous êtes prêt à relever le défi ? Regardez bien mes dessins : ils sont loin d’être parfaits, les proportions et les ombrages laissent à désirer… Et une chose est sûre : si j’ai pu le faire, c’est que vous le pouvez aussi 🙂 Le plus difficile, finalement, c’est peut-être d’accepter que ça puisse ne pas être parfait du premier coup, et surtout se dire que, finalement, ce n’est pas si grave !